August 09

The Pediatric Development Clinics program (PDC)

(Version française : voir plus bas!)

Photographic credit: C.J. Avila/ with permission from PIH/IMB Rwanda

Let me now explain some more about my job here at Partners In Health (PIH) in Rwanda, where  I’m volunteering as a “Costing Advisor for the PDC program”: what does this mean?

Let’s start by saying that PIH has many health improvement oriented activities in Rwanda, in partnership with the Ministry of Health (MoH). These activities are in line with PIH’s mission, summarized here:

“Our mission is to provide a preferential option for the poor in health care. By establishing long-term relationships with sister organizations based in settings of poverty, Partners In Health strives to achieve two overarching goals: to bring the benefits of modern medical science to those most in need of them and to serve as an antidote to despair.

We draw on the resources of the world’s leading medical and academic institutions and on the lived experience of the world’s poorest and sickest communities. At its root, our mission is both medical and moral. It is based on solidarity, rather than charity alone.

When our patients are ill and have no access to care, our team of health professionals, scholars, and activists will do whatever it takes to make them well—just as we would do if a member of our own families or we ourselves were ill.”

Mother and her baby meeting with the PDC Social Worker in Rwinwkavu (from PIH Comms Team)

PIH is known in Rwanda as IMB (“Inshuti Mu Buzima” is the Kinyarwanda translation of Partners In Health) where PIH/IMB supports several health care programs in partnership with the MoH since 2005. A recent study(¹) has highlighted some incredible improvements in child and maternal health in recent years due to the focused efforts of the MoH, the study provided evidence demonstrating success for Partners In Health’s ground-up model of accompanying the MoH in strengthening public health systems and supporting universal care.  Rwanda has seen a nationwide reduction in child mortality. This reduction was very notable in a region of about 400,000 people in Eastern Province, where Rwanda’s government worked in collaboration with PIH. Deaths of children younger than 5 dropped 60 percent between 2005 and 2010 in the region, which includes Kirehe District and southern Kayonza District (where the PDC program is being piloted). Specifically, under-5 mortality fell from nearly 230 deaths per 1,000 live births in 2005, to about 83 per 1,000 in 2010. The study also showed corresponding increases in births that occurred in public health facilities, rather than mothers’ homes; in prenatal care visits; and in postnatal care visits. All three of those gains represent lifesaving improvements for new and expectant mothers.

As mentioned, the new program I am personally involved with is called “Pediatric Development Clinics” (PDC) which follows up on the most fragile newborns delivered in those public health facilities. These are mostly premature and low birth weight babies. PDC was developed by the MoH and PIH with support from UNICEF Rwanda as a novel program to address a major gap in care for high-risk newborns after they are released from neonatal care units and for infants and children with high risk factors. These babies require additional follow-up after discharge from neonatal units, that did not systematically exist in Rwanda prior to the development of the PDC. The PDC provides nutritional, medical, and developmental support to these children until their fifth birthday to ensure that they survive and thrive in early childhood. The program includes both follow-up visits at the Health Center, as well as at home when necessary.

PDC education session

Little is known about the costs associated with the PDC intervention so far. This is why I have come in, as a “PDC Costing Advisor” to help evaluating these costs, putting them in relationship with the health gains for children benefiting. As a novel program, the PDC has been established so far as a pilot program in 8 Health Centers of two Eastern Rwanda Districts and there is interest in expanding these services across the country. Should the impact on patients and providers be assessed favorably, this costing analysis will inform leadership within the Rwandan MoH and Partners In Health, in their efforts to replicate this initiative elsewhere and to accelerate improvement in neonatal, infant and child health. Within PIH/IMB, understanding the costs of PDC will also inform its evaluation.

 

During this first month in Rwanda, I have been able to attend several PDC sessions in different Health Centers, training programs as well as participating in several home visits with the social workers. The preparation of my research is gradually progressing through obtaining methodological guidance, protocol drafting, requesting study authorization, while getting to know all people involved with the project, either directly or indirectly – including some of the benefiting families! Definitely a great project from what I can already see…

Drs Jessica and Emery in Kirehe PDC Clinic

 

Le programme des Cliniques de Développement Pédiatrique (PDC)           (See above for English version)

 

Je voudrais aujourd’hui vous en dire un peu plus au sujet de mon travail ici avec Partners In Health (PIH) au Rwanda, où je suis volontaire en tant que “Costing Advisor pour le programme PDC” : de quoi s’agit-il ?

 

Commençons par dire que PIH a entrepris de multiples activités pour améliorer la santé au Rwanda, en partenariat avec le Ministère de la Sante (MS). Ces activités cadrent avec la mission de PIH, qui est résumée ici :

« Notre mission est de fournir la meilleure option en matière de santé pour les plus pauvres. En établissant des relations de long terme avec des organisations partenaires travaillant dans les milieux pauvres, Partners In Health s’efforce d’atteindre deux objectifs primordiaux : mettre les bénéfices de la science médicale moderne à disposition de ceux qui en ont le plus besoin et servir d’antidote au désespoir.

Nous faisons appel aux ressources des institutions académiques et médicales de pointe et à l’expérience vécue au contact des communautés les plus pauvres et malades de ce monde. A la base, notre mission se veut à la fois médicale et morale. Elle s’appuie davantage sur la solidarité que sur la charité seule.

Lorsque nos patients sont malades et n’ont pas accès aux soins, nos équipes de professionnels de la santé, de chercheurs, de militants, feront tout ce qu’il faut pour qu’ils se sentent mieux – tout juste comme on le ferait si c’était nous-mêmes ou un membre de notre famille qui étions malades.”

Child health PDC

PIH est connu au Rwanda sous l’abréviation IMB (“Inshuti Mu Buzima” signifie partenaire pour la santé en Kinyarwanda), où PIH/IMB soutient plusieurs programmes de sante en partenariat avec le MS depuis 2005. Une étude récente(¹) a révélé des progrès remarquables en matière de sante pédiatrique et maternelle ces dernières années grâce aux efforts ciblés du MS ; cette étude a ainsi fourni une belle démonstration du succès de la méthode utilisée par PIH qui part tout à fait de la base, en accompagnant le MS dans le renforcement des systèmes de sante publique pour arriver à fournir des soins universels. Le Rwanda a connu une diminution de la mortalité des enfants au niveau national. Cette réduction a été particulièrement remarquable dans une région d’environ 400.000 habitants de la Province de l’Est, ou le gouvernement rwandais travaille en collaboration avec PIH. La mortalité des enfants de moins de 5 ans a chuté de 60% entre 2005 et 2010 dans cette région qui inclut les districts de Kirehe et Kayonza-Sud (où le programme-pilote des PDC est actif). Plus spécifiquement, la mortalité des enfants de moins de 5 ans y a chuté de près de 230 morts pour 1.000 naissances vivantes en 2005, à environ 83 pour 1.000 en 2010. L’étude a aussi révélé que davantage de naissances se produisent maintenant dans les structures de santé plutôt qu’à domicile, ainsi qu’une augmentation de la fréquentation des visites prénatales et postnatales. Ces trois augmentations observées représentent des améliorations vitales pour les femmes enceintes et les jeunes mamans.

 

Comme je l’ai mentionné, le nouveau programme dans lequel je suis engagé personnellement s’appelle « Cliniques de Développement Pédiatrique » (PDC) : celles-ci ont pour but de suivre les nouveau-nés les plus fragiles qui naissent dans ces structures de sante de mieux en mieux fréquentées et supervisées. Il s’agit principalement de bébés prématurés et de faible poids de naissance. Les PDC ont été mises sur pied par le MS et PIH avec le support de UNICEF-Rwanda en tant que nouveau programme pour remédier à une importante lacune concernant le suivi des nouveau-nés à haut risque après qu’ils aient pu quitter les unités de soins néonataux, ainsi que pour les nourrissons et les jeunes enfants chez qui on détecte d’autres facteurs de risque après la naissance. Ces bébés ont besoin d’un suivi particulier une fois sortis des unités néonatales, ce qui n’existait pas de façon systématique au Rwanda avant la mise sur pied des PDC. Les PDC servent donc à fournir à ces enfants un suivi sur les plans médical, nutritionnel et du développement psychomoteur, jusqu’à leur 5ème anniversaire, de façon à assurer tant leur survie, que leur développement au cours de la jeune enfance. Le programme repose sur des visites régulières qui se font au centre de santé mais aussi à domicile lorsque c’est nécessaire.

Donatha and her Baby at 6mos- PDC born 2 months preterm

Jusqu’à présent, on n’a pas encore regardé de près quels sont les coûts associés à cette intervention PDC. C’est donc cela mon rôle en tant que « PDC Costing Advisor », aider à évaluer ces coûts et les mettre en relation avec les bénéfices de santé que ces enfants peuvent retirer du programme. C’est un nouveau programme qui a été piloté jusqu’ici dans 8 centres de santé situés dans deux districts de la province de l’Est du Rwanda et on pourrait envisager son extension au reste du pays. Si l’évaluation est favorable tant pour les prestataires de soins qu’au niveau de l’impact sur les patients, cette analyse des coûts sera importante pour les responsables du MS du Rwanda et de PIH, dans leurs efforts pour répliquer cette initiative ailleurs et pour accélérer l’amélioration de la santé des nouveau-nés, des bébés et des jeunes enfants. Au sein de PIH/IMB, une meilleure compréhension de la structure des coûts du programme PDC sera aussi utile à son évaluation.

 

Au cours de mon premier mois au Rwanda, j’ai maintenant pu participer à plusieurs sessions de PDC dans différents centres de santé, à des sessions de formation des infirmiers et du personnel cadre du programme PDC et j’ai pu aussi me joindre à des visites à domicile avec les assistantes sociales. La préparation de mon travail d’étude commence à prendre forme grâce a un bon encadrement méthodologique, maintenant que j’ai écrit l’ébauche du protocole de recherche, introduit la demande d’autorisation pour l’étude, tout en commençant à rencontrer les personnes impliquées avec le projet, directement ou indirectement – y compris certaines des familles qui en bénéficient ! C’est certainement un très beau projet pour ce que je suis capable d’en juger actuellement…

 

(1) Thomson D. et al. MCH outcomes in rural Rwanda 2005-2010. BMJ Glob Health 2018