July 20

Arriving in Rwinkwavu…

(Version française : voir plus bas!)

Here I am now in Rwinkwavu… a village towards the end of the Eastern road: this will be my base camp for the next 6 months. Beyond, there are another 20 kms with small villages and then… only wildlife: Akagera National Park !

Rwinkwavu on the map

[1]

But I’m not going to tell you about the park today – I’m sure I’ll visit it one of these weekends! – rather what I’ve discovered in Rwinkwavu until now… This is a very rural place, a large village along dusty dirt roads (this is dry season!) where there is a well renovated district hospital. This is in part because we are here in the Rwanda Headquarters of my NGO, Partners In Health (PIH) and they are supporting the Ministry of Health in a series of health improvement activities. As PIH choose to work with communities  less well served, they generally prefer rural implementations.

 

Their own headquarters offices here are very well equipped, close to the hospital they support. Between 50 and 100 national and expatriate people work at the PIH offices.

20180717_171848

[2]  PIH Training Center

20180717_171722

[3]  PIH Training Center

20180712_173355

[4]  Building with my office

The NGO supports health care in 3 districts of the country and employs medical and paramedical personnel – but also IT and training specialists, logistics, social workers, etc. Moreover, many medical students, paramedical graduates, specialist fellows, etc. come here for short (or longer) periods of time during their cursus, which is why there can be many people here at times!

First things first: introductions! As relationships (and official introductions) are key in most of Africa, my first day here included an appointment with the (medical) Director of the hospital. This would also allow me to circulate within the hospital premises in the future. Five or six of us could hear from him about the main activities and the hospital organization (160 beds) before we were led to visit the maternity and a few other hospital pavilions. As everywhere in Rwanda, the hospital is clean and well maintained.

20180717_080839

20180717_080942

[5] & [6]  Rwinkwavu District Hospital

The medical and nursing staff is well organized, follows strict guidelines and provides evidence-based treatments. The health care system functions according to a strict referral system: there is also a Health Center on the hospital premises to serve patients from the locality. Only those in need of more specialized care are referred to the hospital. Most of the hospital doctors are general practitioners, there are only two specialists: an obstetrician-gynecologist and a pediatrician. Specialists are very difficult to get in rural hospitals in most of Africa. However, there are occasionally specialized session (e.g. heart surgery, cleft palate surgery) organized every few months with visiting teams.

20180717_080557_001

[7]  Health Center adjacent to Hospital

I got to eat lunch in a local bar in the village last week: a local cook prepares a vegetarian buffet with (at least, this is what was certified by my colleagues!) well cleaned vegetables every Tuesday – it was excellent and a real change from the usual PIH lunch or dinner with mostly rice, potatoes, or some other starchy food such as cassava, dark beans, and possibly meat (we are currently deprived from red meat as there is an outbreak of Rift Valley Fever among cattle).

On the next day, I was able to attend the France-Belgium half-final World Cup match in another local bar where a large flat screen had been set up… Quite a hot atmosphere here with a mix of Belgian and French fans! Cold beer was fortunately available and those who didn’t want to drink had to pay a small fee to be accepted… People are very friendly in general, be it in the village or at PIH. Of course, I need to progress much more with my learning of Kinyarwanda before I am able to have lots of local friends!

Umunsi mwisa! (Have a good day!)

Morning walk to work

[8]  My morning walk to work…

Arrivée à Rwinkwavu…                  (See above for the English version !)

Me voici à présent à Rwinkwavu, mon camp de base pour ces prochains 6 mois, un village au bout de la route vers l’Est. Au-delà, encore une vingtaine de kilomètres avec quelques petits villages et puis… rien que la vie sauvage : le parc national de l’Akagéra !

(Situez Rwinkwavu sur la carte du Rwanda en [1] ci-dessus)

Mais je ne vais pas vous parler du Parc aujourd’hui – je le visiterai certainement un week-end ! – plutôt de ce que j’ai découvert à Rwinkwavu jusqu’ici… C’est un endroit très rural, un gros village le long d’une route de terre poussiéreuse (nous sommes en saison sèche !) où il y a un hôpital de district bien rénové.

(Voir les photos des locaux de formation de PIH en [2] et [3] ci-dessus)

C’est en partie dû au fait que nous sommes ici au quartier général rwandais de mon ONG, Partners In Health (PIH) qui supporte le Ministère de la Santé dans toute une série d’activités visant à améliorer la santé. Comme PIH choisit de travailler pour des communautés moins bien desservies, ils préfèrent les implantations rurales en général.

Les locaux de leur quartier général ici sont très bien équipés, proches de l’hôpital qu’ils soutiennent. De 50 à 100 personnes (nationaux ou expatriés) travaillent dans ces bureaux de PIH.

 

L’ONG soutient les soins de santé dans 3 districts du pays et emploie non seulement du personnel médical et paramédical – mais aussi des informaticiens, des formateurs, des logisticiens, des travailleurs sociaux, etc. De plus, de nombreux étudiants en médecine, gradués paramédicaux, stagiaires spécialistes, etc. viennent ici pour des périodes plus ou moins longues durant leur cursus, ce qui explique pourquoi il peut y avoir beaucoup de monde à certains moments ! il y a aussi des dortoirs pour ceux qui viennent suivre des formations et de nombreuses maisons communautaires dans le village pour des employés PIH comme moi. Chaque midi, un cuisinier prépare un buffet chaud au réfectoire des bureaux et de même chaque soir dans certaines des maisons PIH. Personnellement, je préfère me préparer à manger à la maison avec mes co-locataires – cela permet sans doute d’éviter de prendre trop de kilos ! La plupart des gradués, post-docs et stagiaires viennent des USA (PIH entretient des relations étroites avec Harvard et avec l’hôpital Brigham & Women’s de Boston) ; cependant la semaine dernière j’ai rencontré 2 jeunes femmes belges qui avaient entendu parler de ce programme par un ami étudiant et qui ont pu se faire accepter pour deux mois… Tout ça donne évidemment une impression de grand dynamisme !

(Vue du bâtiment ou j’ai mon bureau: des cubis pour 6 personnes dans chaque piece [4])

Mais commençons par le commencement ! Comme les bonnes relations (et les présentations officielles) sont capitales presque partout en Afrique, ma première journée ici débuta par un rendez-vous chez le médecin-directeur de l’hôpital. Ceci me permet à présent de circuler aussi dans l’enceinte de l’hôpital. Nous étions 5 ou 6 à l’écouter nous expliquer l’organisation et les activités principales de cet hôpital de 160 lits, avant qu’il nous emmène visiter la maternité et quelques pavillons de l’hôpital. L’hôpital est propre et bien entretenu, comme partout au Rwanda. Le staff médical et paramédical est bien organisé, tous suivent des guidelines stricts pour dispenser des soins « evidence-based ». Les soins de santé fonctionnent selon un système de référence assez strict : il y a un centre de santé accolé à l’hôpital qui dessert les patients de la localité.

(Voir les photos de l’Hôpital en [5] et [6] ci-dessus)

Il n’y a que ceux qui ont besoin de soins plus spécialisés qui peuvent être référés à l’hôpital. La plupart des médecins de l’hôpital sont des médecins généralistes, il y a seulement deux spécialistes : un gynécologue-obstétricien et une pédiatre. Il est toujours très difficile d’avoir des spécialistes dans les structures périphériques presque partout en Afrique. Cependant il y a occasionnellement des sessions spécialisées (p.ex. de chirurgie cardiaque ou de reconstruction de becs de lièvres) qui sont organisées tous les quelques mois par des équipes visiteuses.

(Voir le Centre de Sante dans l’enceinte de l’hôpital en [7] ci-dessus)

J’ai eu l’occasion de manger la semaine dernière dans un petit bar du village : un cuisinier local y prépare un buffet végétarien chaque mardi avec des salades et légumes bien lavés (du moins mes collègues me l’ont certifié !) – c’était délicieux et cela changeait vraiment du buffet PIH habituel qui comprend principalement du riz, des patates ou un autre féculent comme du manioc, des fèves brunes et de temps en temps de la viande (nous sommes rationnés sur la viande rouge en ce moment car il y a une épidémie de « Fièvre de la Vallée du Rift » parmi le bétail).

Le lendemain, j’ai pu assister au match France – Belgique de demi-finale de la Coupe du Monde dans un autre bar local qui avait dressé une TV avec grand écran plat. Quelle chaude ambiance avec une foule partagée de supporters pro-belges et pro-français ! On servait heureusement de la bière fraîche et ceux qui ne voulaient pas consommer devaient payer une petite participation pour regarder le match.  Les gens sont vraiment très amicaux dans l’ensemble, que ce soit les gens du village ou les collègues de PIH. Bien sûr, j’ai encore pas mal de progrès à faire en kinyarwanda avant de me faire beaucoup d’amis autochtones !

Umunsi mwisa ! (Bonne journée !)

(Le chemin que j’emprunte chaque jour pour me rendre au travail… photo [8])