July 04

Tags

First impressions

(Version française : voir plus bas!)

Leaving Brussels airport on July 2nd seemed somewhat strange… I am so used to travel through this airport, however today this is no ordinary business or tourist trip! I am leaving for my 6-month PULSE assignment with the N.G.O. Partners in Health (PIH) in Rwanda…This is in the context of a great corporate and social responsibility program supported by my employer GSK. Not only do I wonder about all the things I probably forgot to pack with me, but despite having received lots of guidance and information from current and previous people working there, I still wonder very much what to expect! I am getting fully excited by monitoring my flight progression on the screen!

Flight itinerary to Kigali

I was met at the Kigali airport by Leonce, the project driver who brings me safely to the PIH Guest House, not very far away. This is where I first get to meet some of the PIH volunteers (expatriates and nationals) who tell me about the local rules of the House, what we are supposed to do and not to do…so that the few days we will live here together are most pleasant for everyone! . There is a large living room with a TV screen (which comes handy as this is Soccer World Cup Finals time!), a large kitchen and a food storage room. No meals are provided and we share the bathroom. There are about 5 or 6 volunteers in the Guest House right now, with room for up to 16 people. A few rooms are like small dormitories with several beds but I get a room on my own. I need to get used again to crawling into my bed under the mosquito net and tucking it well on the sides to avoid mosquito bites and malaria as I am told there is a lot of it here. Since I haven’t had a chance to buy any food yet, I decide to go next door to a small restaurant for my first breakfast in Kigali: the terrace is wonderful as you can judge!

First breakfast in Kigali

First steps in Rwanda are to get a local SIM card for my phone and to shop for some groceries… Again, Leonce was kind enough to drive me around Kigali. One quickly realizes why this country is also called the “land of a thousand hills”: Kigali itself is just a succession of steep hills. Luckily it doesn’t snow or freeze here, otherwise there would be many car accidents in winter time! But there’s only a dry season and a rainy season – so no worries! The city has developed at an impressive pace on those multiple hills… very modern buildings in the center, modern apartments and houses all around with still a lot of green spaces. But the most impressive is to see how clean and well maintained are all the streets and sidewalks and how disciplined the traffic is! Most people I got in contact with are friendly, discreet, polite and helpful. So my first impressions are definitely positive. In a few days, I’ll get to my assignment village in the Eastern province near Tanzania… certainly a very different environment!

——————————————————————————————————————-

Premières impressions                  (See above for the English version !)

En partant par l’aéroport de Zaventem ce 2 juillet j’avais une impression étrange… Je suis pourtant un grand habitué des vols quittant ou arrivant à Bruxelles mais aujourd’hui il ne s’agissait pas d’un voyage d’affaires ou de tourisme ordinaire ! Je quittais cette fois pour une mission PULSE de 6 mois avec l’O.N.G. Partners in Health (PIH) au Rwanda dans le cadre d’un superbe programme de mécénat social supporté par mon employeur GSK! Non seulement je m’inquiétais déjà de toutes les choses que j’avais probablement oubliées d’emporter mais malgré tous les conseils et les infos reçus de personnes qui travaillent ou ont travaillé pour ce projet, je me demande vraiment ce qui m’attend ! En attendant, mon excitation monte déjà en suivant la progression de mon vol sur l’écran !    [voir photo]

C’est Léonce, le chauffeur du projet, qui vient m’accueillir à l’aéroport de Kigali et qui m’amène sain et sauf à la maison de passage de PIH, pas très loin de là. J’y rencontre plusieurs volontaires (expatriés et locaux) de PIH qui m’expliquent les consignes de vie en commun à la maison de passage, qui permettront à chacun d’y profiter au mieux de la vie commune. Il y a un grand salon avec écran TV (bien apprécié en ces jours de finale de Coupe du Monde de football), une cuisine spacieuse et un grand local garde-manger. Les repas ne sont pas fournis et les salles de bains sont communes. Il y a 5 ou 6 volontaires dans la maison de passage actuellement mais il y a place pour 16 personnes environ. Certaines chambres sont comme de petits dortoirs avec plusieurs lits mais j’ai reçu une chambre seul. Je dois me réhabituer à m’introduire dans mon lit sans trop soulever la moustiquaire et à bien la border pour éviter les piqûres de moustiques et la malaria… On me dit qu’il y en a tout de même pas mal ici. Comme je n’ai pas encore pu me procurer de nourriture, je décide de sortir pour mon prendre mon premier petit-déjeuner à Kigali et je vais profiter de la terrasse bien agréable d’un petit resto voisin : jugez par vous-même !    [voir photo]

La première étape en arrivant au Rwanda, c’est de se procurer une carte SIM afin d’avoir un numéro de téléphone local et de faire des emplettes de nourriture… De nouveau, Léonce me pilote aimablement dans Kigali. On comprend vite pourquoi le Rwanda est surnommé le « pays aux mille collines » : Kigali elle-même n’est qu’une succession de collines assez raides. Heureusement qu’il ne neige ou ne gèle pas par ici, sans quoi il pourrait y avoir pas mal d’accidents de la circulation en hiver ! Mais il n’y a qu’une saison sèche et une saison des pluies, donc : pas de soucis ! La ville s’est développée de façon assez impressionnante sur toutes ces collines… de grands immeubles dans le centre, beaucoup d’appartements et de maisons modernes un peu partout avec pas mal d’espaces verts. Mais le plus frappant est de voir combien les rues et les trottoirs sont propres et bien entretenus et comment le trafic parait discipliné ! La plupart des gens rencontrés jusqu’ici sont aimables, discrets, polis et serviables. Mes premières impressions sont donc assurément positives. Dans quelques jours, je rejoindrai mon poste dans un village de la province orientale près de la Tanzanie…je m’attends à y trouver un environnement bien différent !