September 12

Tags

Life in Abuja, Nigeria

I have been in Nigeria for more 2 months now. And in less than a week I will be back in France for a week off.

These 2 months passed quickly, even if sometimes during free time there is nothing to do….

Here, the time seems suspended. I rediscovered the time, as I was a child, that of boredom, when you doesn’t know what to do.

But that it is good sometimes to be bored, to let my imagination wander, to think about myself, to reflect on my life, what I want to do after this amazing adventure in another country far my close…

What purpose do I want to give to my life? Why I am here, what can I do for improve myself, to be better?

I realize the chance I have to live in France. I have a home, I eat everyday to my hunger, I have access to good health facilities, my children have access to study, I have a job…I am happy!!

We have all but we want more!

The other time on the Lagos market I was watching 2 little girls playing with old car tires, they were happy and they laughed!

They appreciate everything they have, every moment. I shall have to remember, once returned to France, to appreciate every present moment, and all that I have, even what seems obvious to me to possess because it’s not the case for all people in the world!

In Nigeria, I discover the sharing, what we forgot in our countries. Here, people in the street, after a jovial “Hello sister”, offers to share their frugal meal, some peanuts.

What happiness when, in the street, a child comes to shake your hand and makes you a big smile “Hello MA”! & when he recognizes you after and he is happy to see you again.

What happiness when you listen the laugh of your colleagues all day and that they say you, each time they cross you “you’re welcome”.

Here I just take the time to contemplate, to listen, to share, to daydream, to learn from others.

What happiness also to be 9 volunteers from GSK in Abuja (8 different nationalities). We are working in 2 different NGOs: Clinton Health Access Initiative & Malaria Consortium.

We are living together in the same place in 5 different flats. It’s a permanent exchange and sharing: about our respective lives, about our lives conditions, about our background, about of our future ambitions, about our dreams….We help each other and we learn a lot from each other. Gatit, my roommate, learned to cook her first cake! She will cook a chocolate cake “fondant au chocolat” for her son’s birthday when she will come back in Indonesia in December. A bit of me who will travel…

I learn also to cook some Indian’s food with Girish and Manish. I really appreciate also the pizza cooked by Juergen, and Pakistan’s food cooked by Imran. Sometimes little bit too spicy for me, like Nigerian’s food! But I taste all!

Also learn a lot from my work in the NGO, CHAI. Much to learn, to assimilate and all this in a language that is not mine. Many questions : will I be up to it? What will I bring to the NGO ? How will I endure being outside my comfort zone? Every day is a challenge, that proves that we can do it!! We are surprised by our own resources, our capacities! This gives wings…………..

Je suis au Nigeria depuis plus de 2 mois maintenant. Et dans moins d’une semaine, je serai de retour en France pour une semaine de congé.
Ces 2 mois ont passé rapidement, même si parfois il n’y a rien à faire pendant le temps libre …
Ici, le temps semble suspendu. J’ai redécouvert le temps, comme quand j’étais enfant, celui de l’ennui, quand vous ne savez pas quoi faire.Mais qu’il est bon parfois de s’ennuyer, de laisser mon imagination errer, de réfléchir sur moi-même, de réfléchir sur ma vie, ce que je veux faire après cette aventure étonnante dans un autre pays, loin de mes proches …
Quelle direction je veux donner à ma vie? Pourquoi suis-je ici, que puis-je faire pour m’améliorer, être meilleure?
Je me rends compte de la chance que j’ai de vivre en France. J’ai une maison, je mange tous les jours à ma faim, j’ai accès à de bons établissements de santé, mes enfants peuvent étudier, j’ai un emploi … Je suis heureuse!
Nous avons tout mais nous voulons toujours plus!
L’autre fois sur le marché de Lagos, je regardais 2 petites filles qui jouaient avec de vieux pneus de voiture, elles étaient heureuses .
Ils apprécient tout ce qu’ils ont, à chaque instant. Je vais devoir me rappeler, une fois rentrée en France, d’apprécier chaque moment présent, et tout ce que j’ai, même ce qui me semble évident car ce n’est pas le cas pour toutes les personnes dans le monde!
Au Nigéria, je découvre le partage, ce que nous avons oublié dans nos pays. Ici, les gens dans la rue, après un joviale “Hello soeur”, vous proposent de partager leur repas frugal, quelques arachides.
Quel bonheur, quand, dans la rue, un enfant vient vous serrer la main et vous fait un grand sourire “Bonjour MA”! & quand il vous reconnaît après et qu’il est heureux de vous revoir.
Quel bonheur quand vous écoutez le rire de vos collègues toute la journée et qu’ils vous disent, chaque fois qu’ils vous croisent “Bonjour”.
Ici, je prends le temps de contempler, d’écouter, de partager, de rêver, d’apprendre des autres.
Quel bonheur aussi d’être 9 volontaires de GSK à Abuja (8 nationalités différentes). Nous travaillons dans 2 ONG différentes: Clinton Health Access Initiative & Malaria Consortium.
Nous vivons dans la même résidence dans 5 appartements différents. C’est un échange et un partage permanent, sur nos vies respectives, sur nos conditions de vie, sur nos antécédents, sur nos ambitions futures, sur nos rêves … Nous nous aidons et nous apprenons beaucoup les uns des autres.
Gatit, ma colocataire, a appris à faire son premier gâteau! Elle va cuisiner un fondant au chocolat pour l’anniversaire de son fils quand elle reviendra en Indonésie en décembre. Un peu de moi qui voyagera …J’apprends aussi à cuisiner de la nourriture indienne avec Girish et Manish. J’apprécie vraiment aussi la pizza préparée par Juergen, et la nourriture du Pakistan préparée par Imran. Parfois, un peu trop épicé pour moi, comme la nourriture nigériane! Mais je goûte tout!

J’apprends aussi beaucoup de choses dans mon travail dans l’ONG. Beaucoup à apprendre, à assimiler et tout cela dans une langue qui n’est pas la mienne. Beaucoup d’interrogations au début, vais-je être à la hauteur? Que vais-je apporter? Comment vais-je supporter d’être hors de ma zone de confort?

Chaque jour est une remise en cause qui nous prouve que l’on peut le faire! On est étonné soi-même par ses propres ressources, par ses capacités! Cela donne des ailes………..